La création et l'évolution de la Nike Air Max 1

À l’occasion de la sortie de la Air Max 1 en collaboration avec le shop hollandais Patta, revenons ensemble sur la création et l’évolution d’une des paires les plus emblématiques de l’Histoire.

1986 : La Nike Air Max 1 « Big Bubble »

Savez-vous qu’il existe une autre version de la Air Max 1 de 1987, celle que l’on peut voir aux pieds de toutes et tous aujourd’hui ?

À l’époque, la marque originaire de l’Oregon souffre d’une situation financière peu confortable. Nike fait donc appel au désormais très populaire Tinker Hatfield (tout jeune designer à ce moment-là), qui conçoit en 1986, la Air Max 1 « Big Bubble », une version assez différente de la Air Max 1 que l’on connaît aujourd’hui, avec une bulle d’Air plus grosse et plus imposante (la midsole a, elle aussi, un aspect quelque peu dissemblable).

Air Max 1 OG Blue Big Bubble Graal Spotter

Air Max 1 OG Blue « Big Bubble » / Crédits : @djamesandrew

Alors, pourquoi repenser, reconcevoir un modèle qui semblait avoir conquis une majeure partie du public ? Tout simplement parce que, lorsque la température chutait, l’unité d’Air avait tendance à s’abîmer, se fissurer, se percer. Pas très pratique, me diriez-vous, pour une paire dont l’intérêt principal était de bénéficier d’un amorti innovant grâce à ce fameux coussin d’Air.

Fort heureusement, de par leur travail remarquable, les ingénieurs de chez Nike trouvèrent une solution rapidement : réduire la taille de la bulle, donnant naissance à un classique des classiques.

1987 : La Nike Air Max 1

Commercialisée pour la première fois le 26 Mars 1987 (date du fameux Air Max Day), la Nike Air Max 1 est la première paire dont la bulle d’Air est visible. Néanmoins, la technologie Air ne date pas d’hier…

En effet, dès 1977, Franck Rudy, avec l’aide de Robert Bogert, découvre et développe le principe de semelles injectées d’air, se traduisant par l’intégration d’une bulle de gaz directement dans la midsole. Initialement développée pour améliorer la couche protectrice des casques des astronautes, la technologie Air, adoptée et déposée par Nike, est d’abord proposée comme système d’amorti à plusieurs autres entreprises (dont Adidas) avant d’être retenue par la marque au Swoosh.

Frank Rudy et son principe de bulle de gaz, déposé sous le nom Air

Frank Rudy et son principe de bulle de gaz, déposé sous le nom « Air »

Revenons-en à nos moutons ;  la Air Max 1. Comme cité précédemment, cette paire culte fût pensée et dessinée par Tinker Hatfield, architecte de formation, et croyez-moi, cette information a toute son importance quant à la conception de la Air Max première du nom.

En effet, la légende raconte que le jeune Tinker se serait inspiré du célèbre Centre Pompidou, qu’il découvre lors de l’un de ses passages à Paris, en 1985 :

« Le Centre Pompidou m’a inspiré l’idée d’exposer la technologie de la semelle comme une architecture apparente. Et donc, de faire apparaître la bulle d’air, pour la première fois, sur une chaussure. Le projet de coussin d’air existait déjà depuis près de deux ans. Mais jamais il n’avait été question de le faire apparaître et de l’exposer aux yeux de tous. […] Je suis persuadé que si je n’avais pas vu Beaubourg, je n’aurais probablement pas proposé que l’on expose ces coussins d’air, qu’on les rende visibles, et qu’on montre l’intérieur de la chaussure » confiera-t-il des années plus tard. 

Le Centre Pompidou 2011

Le Centre Pompidou, 2011. Crédits : Centre Pompidou / G. Meguerditchian

Il est important de noter qu’au départ, les responsables de la branche running chez Nike ne veulent pas entendre parler de la Air Max 1, estimant qu’elle est vouée à un échec commercial. Mais Tinker Hatfield ne se laisse pas faire et, avec l’appui et le soutien de Peter Moore, papa de la Air Jordan 1 et de la Dunk, il fait tout pour aller au bout de ses idées.

Il faut bien souligner qu’à cette époque, Nike est au bord de la faillite. Sortir une paire avec une bulle d’Air apparente n’est pas très bien accueilli au sein de l’entreprise américaine, son design « trop futuriste » est un pari risqué selon la plupart des responsables.

Dans un reportage réalisé par Thibault de Longeville, Tinker Hatfield confie : « Renzo Piano a non seulement pris le parti d’exposer toutes les structures mécaniques, mais il les a également peintes de couleurs vives. Il voulait que le bâtiment soit visible de loin… surprenant et même… provocateur. C’est aussi ce que j’ai voulu faire avec la Air Max 1 : pousser la vision aussi loin que possible sans me faire virer ».

Tinker Hatfield tenant une Air Max 1 dans sa main droite

Tinker Hatfield, tenant une Air Max 1 dans sa main droite. Source : street-tease.com

C’est donc dans ce contexte quelque peu tendu que la Air Max 1 de Tinker Hatfield est commercialisée auprès du grand public. La version OG (originale) arbore une tige blanche, gris clair, et surtout une couleur prédominante qui n’a pas été choisie par hasard.

En effet, c’est pour attirer l’attention sur la paire et surtout sur le coussin d’Air au niveau de la midsole que le designer de la firme américaine a opté pour la couleur rouge. Un choix judicieux, car l’effet qu’elle produit se fait grandement sentir : elle dope les ventes de Nike et produit un véritable changement de mentalité au sein de la firme de l’Oregon ; c’est en partie grâce à la Air Max 1 si les designers ont plus de liberté et peuvent prendre plus de risques en explorant de nouvelles idées. Pari réussi haut la main pour monsieur Hatfield !

Nike Air Max 1 OG Red. Crédits : WAVE®

Nike Air Max 1 OG Red. Crédits : WAVE®

2009 : La collaboration Nike x Patta

Faisons maintenant un bond dans l’histoire. La Air Max 1 fût sujette à de nombreuses rééditions au fil du temps, afin que chaque passionné(e) puisse obtenir le précieux sésame.
Hormis les rééditions, la paire réalisée par Tinker Hatfield fît l’objet de collaborations mythiques : la Elephant Print et la Animal avec Atmos, les nombreuses collabs avec l’artiste Parra, la plus récente Air Max 1/97 par Sean Wotherspoon, etc...

Si je devais n’en retenir qu’une seule, je parlerais bien évidemment d’un des packs les plus légendaires jamais imaginé; le pack Patta x Nike Air Max 1 « 5th Anniversary », conçu et commercialisé pour les 5 ans du shop originaire d’Amsterdam, aux Pays-Bas. Sorti entre fin 2009 et début 2010, ce pack composé à l’origine de trois coloris comprend cinq paires représentant les cinq bougies du gâteau d’anniversaire de Patta. Parmi ces cinq bijoux, on peut retrouver la « Chlorophyll », première bastos envoyée par le shop néerlandais le 29 Septembre 2009, suivie de près par la « Purple Denim » et la « Corduroy », toutes deux balancées le 1er Décembre 2009. S’en suit la commercialisation de la Air Max 1 « Lucky Green » pour le premier jour de l’An 2010, une belle manière d’entamer une année qui verra naître un Graal ultime : la Nike Air Max 1 « Cherrywood » (258 paires au monde) en collaboration avec Patta et Parra, la cerise sur un gâteau déjà succulent.

Patta x Nike Air Max 1 5th Anniversary Pack Graal Spotter

Patta x Nike Air Max 1 « 5th Anniversary Pack ». Crédits : Duncan

Trois années se sont écoulées depuis la dernière association entre Nike et Patta, en 2018, pour la sortie d’un modèle hybride baptisé Air Max 95/90, qui, comme son nom l’indique, mélange les silhouettes de la Air Max 95 et de la Air Max 90.

2021 : Patta x Nike Air Max 1 « Wave »

Pour 2021, la firme américaine et le shop hollandais remettent le couvert et nous propose une version revisitée de la Air Max 1 dans une version avec mudguard adoptant la forme ondulante d’une vague en daim. Côté upper, on retrouve une mesh ballistic teinté de gris clair ainsi qu’un cuir blanc pour contraster le tout. 

Si deux coloris ont été imaginés, c’est la « Monarch » (version orangée) que l’on découvre en premier pour sa sortie le 8 Octobre dans les shops Patta, et plus largement le 15 Octobre sur l’application SNKRS et disponible désormais chez Graal Spotter.

Patta x Nike Air Max 1 Monarch Graal Spotter

Patta x Nike Air Max 1 « Monarch ». Via : sneakerstyle.fr



Concernant le second coloris, surnommé « Noise Aqua », Edson Sabajo et Guillaume Schmidt (les deux fondateurs du shop Patta) nous proposent une Air Max 1 reprenant la shape de la précédente en arborant cette fois-ci un bleu rappelant la mer et ses vagues, un choix de couleur travaillé qui ne laissera sans doute personne indifférent. La paire est sortie le vendredi 29 Octobre 2021, chez Patta, et plus largement le 5 Novembre sur l’application SNKRS et est disponible chez Graal Spotter.

Patta x Nike Air Max 1 Noise Aqua Graal Spotter

Patta x Nike Air Max 1 « Noise Aqua ». Via : sneakersnews.com

À noter que, pour la sortie des deux Air Max 1, Patta nous propose un film baptisé « The Wave », réalisé par Mahaneela et Steve McQueen. Le titre est un clin d’œil au mudguard en forme de vague.

Un ultime coloris devrait voir le jour au cours de l’Automne 2021, avec cette fois-ci un mudguard en cuir et un coloris tirant vers le prune, surnommé « Night Maroon ».

Stay tuned !

Patta x Nike Air Max 1 Night Maroon

Patta x Nike Air Max 1 « Night Maroon ». Via : lesitedelasneaker.com